CHAPITRE XIII – Le Genre

« Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes Masculin et Féminin ; le Genre se manifeste sur tous les plans. »

LE KYBALION.

Le Septième grand Principe hermétique, le Principe du Genre, implique la vérité que le Genre se manifeste dans toute chose, que les principes Masculin et Féminin sont toujours présents et actifs dans toutes les phases d’un phénomène, sur n’importe quel plan de vie. A cet endroit, nous croyons utile d’attirer votre attention sur le fait que le Genre dans son sens hermétique et le Sexe dans le sens ordinaire du mot, ne sont nullement la même chose.

Le mot « Genre » dérive d’une racine latine signifiant « engendrer, procréer, faire naître, créer, produire ». Un moment d’attention vous montrera que ce mot a une signification plus large et plus générale que le mot « Sexe, », ce dernier se rapportant aux distinctions physiques existant entre les choses vivantes, mâles et femelles. Le Sexe est simplement une manifestation du genre sur un certain plan du Grand Plan Physique, le plan de la vie organique. Nous voudrions imprimer cette différence dans votre esprit car quelques écrivains, qui ont acquis seulement une connaissance superficielle de la Philosophie hermétique, ont cherché à identifier ce Septième Principe Hermétique, avec les théories et les enseignements étranges, fantaisistes et souvent répréhensibles concernant le Sexe.

Le but du Genre est seulement de créer, de produire, d’engendrer etc., et ses manifestations sont visibles. sur n’importe quel plan de la vie phénoménale. Il y a quelques difficultés à produire des preuves scientifiques à ce sujet parce que la science n’a pas encore reconnu ce Principe comme étant d’une application universelle. Cependant quelques preuves proviennent de sources scientifiques. D’abord nous trouvons une manifestation très nette du Principe du Genre parmi les corpuscules, les ions et les électrons qui constituent la base de la matière ainsi que le reconnaît la. science, et qui, en se combinant d’une certaine manière donnent naissance à l’Atome, lequel, il n’y a pas bien longtemps encore, était considéré comme un et indivisible.

Le dernier mot de la science est que l’atome est composé d’une multitude de corpuscules, d’électrons et d’ions, (ces divers noms étant appliqués par plusieurs auteurs compétents), tournant les uns autour des autres et pourvus de vibrations de très haute intensité. Mais la science ajoute que la formation de l’atome est due en réalité au groupement de corpuscules négatifs autour de corpuscules positifs ; les corpuscules positifs semblent donc exercer une certaine influence sur les corpuscules négatifs, obligeant ceux-ci à exécuter certaines combinaisons et à « créer », à « engendrer » un atome. Cela va de pair avec les Enseignements hermétiques les plus anciens qui ont toujours identifié le principe Masculin du Genre avec le pôle électrique « Positif », et le principe Féminin avec le pôle « Négatif ».

Maintenant, un mot concernant cette identification l’esprit public s’est formé une impression entièrement erronée sur les qualités de ce qu’on appelle pôle « Négatif » de la Matière électrisée ou magnétisée. Les mots Positif et Négatif sont appliqués à ces phénomènes par la science d’une manière tout à fait fausse. Le mot Positif signifie quelque chose de réel et de puissant, comparé à une faiblesse ou à une irréalité Négative. Rien n’est plus éloigné de la réalité en ce qui concerne les phénomènes électriques. Ce qu’on appelle le pôle Négatif de la pile est en réalité le pôle dans lequel et par lequel la génération et la production de nouvelles formes d’énergie se manifeste. Il n’y a rien de « négatif ». Les auteurs scientifiques les plus compétents se servent maintenant du mot « Cathode » au lieu de « Pôle négatif », Cathode venant d’une racine grecque signifiant « descente, voie de génération », etc. De ‘la Cathode sort l’essaim d’électrons et de corpuscules ; du même pôle émergent ces merveilleux « rayons cathodiques » qui ont révolutionné les conceptions scientifiques durant les dix dernières années. La Cathode est la Mère de tous les étranges phénomènes qui ont rendu inutiles les vieux ouvrages de physique et qui ont fait reléguer de nombreuses théories acceptées depuis longtemps dans le domaine de la spéculation scientifique. La Cathode, ou Pôle Négatif, est le Principe Maternel des Phénomènes Électriques et des formes de matière les plus délicates connues de la science jusqu’à ce jour. Vous voyez donc que nous avons raison de refuser d’utiliser le mot « Négatif » pour le sujet qui nous occupe et d’insister pour qu’on substitue à l’ancienne expression le mot « Féminin ». Les faits que nous voyons chaque jour nous conduisent à cette conclusion sans avoir besoin de nous reporter à la Doctrine hermétique. Nous nous servirons donc du mot « Féminin » à la place de « Négatif » en parlant de ce pôle d’activité.

Les derniers, enseignements scientifiques affirment que les corpuscules ou les électrons créatifs sont Féminins ; la science dit « qu’ils sont composés d’électricité négative » ; nous, nous disons qu’ils sont composés d’énergie Féminine. Un corpuscule Féminin se détache ou plus exactement quitte un corpuscule Masculin et entreprend une nouvelle carrière. Il recherche activement une union avec un corpuscule Masculin, étant porté à cela par l’impulsion naturelle de créer des formes nouvelles de Matière et d’Énergie. Un auteur connu va plus loin encore et affirme « qu’il cherche immédiatement cette conjugaison de sa propre volonté » etc. Ce détachement, cette union constituent la base de la plus grande partie des activités du monde chimique. Quand le corpuscule Féminin s’unit au corpuscule Masculin, un certain processus commence. Les particules Féminines se mettent à vibrer sous l’influence de l’énergie Masculine et tournent avec rapidité autour des corpuscules Masculins. Il en résulte la naissance d’un nouvel atome. Ce nouvel atome est donc en réalité composé d’électrons ou corpuscules Masculins et Féminins ; mais quand l’union est accomplie, l’atome est une chose séparée possédant des propriétés spéciales et ne manifestant plus les propriétés de l’électricité libre. Le processus du détachement ou de la séparation des électrons Féminins s’appelle « ionisation ». Ces électrons ou corpuscules sont les travailleurs les plus actifs du grand champ de la nature. De leur union et de leurs combinaisons. sortent les divers phénomènes de lumière, de chaleur, d’électricité, de magnétisme, d’attraction, de répulsion, d’affinité chimique, de non-affinité chimique, et tous les autres phénomènes de même nature. Cela est dû à l’opération du Principe du Genre sur le plan de l’Énergie.

Le rôle du principe Masculin semble être de diriger vers le principe Féminin une certaine énergie inhérente, et de mettre ainsi en activité le processus créatif. Mais le principe Féminin est toujours celui qui accomplit le travail actif créateur ; il en est ainsi sur tous les plans. Et cependant l’un ou l’autre principe isolé est incapable de créer sans l’assistance de l’autre. Dans quelques formes de vie, les deux principes sont combinés dans un même organisme. Tout, dans le monde organique manifeste les deux genres ; la forme Masculine est toujours présente dans la forme Féminine, et vice-versa. La Doctrine hermétique insiste beaucoup sur l’opération des deux principes du Genre dans la production et dans la manifestation des différentes formes d’énergie, mais nous ne croyons pas utile d’entrer dans beaucoup de détails à ce sujet, parce que nous sommes incapables de confirmer ces vérités à l’aide de preuves scientifiques, pour cette raison que la science n’a pas encore approfondi suffisamment la question. Mais l’exemple que nous avons donné de l’activité des électrons et des corpuscules vous montrera que la science est sur la bonne voie et vous donnera aussi une idée générale des premiers principes.

Quelques éminents investigateurs scientifiques ont annoncé qu’ils croyaient que dans la formation du cristal, on devait trouver quelque chose correspondant à « l’activité sexuelle » ; ce nouveau fait montre bien dans quelle direction soufflent les vents de la science. Chaque année apportera de nouveaux faits qui viendront prouver l’exactitude du Principe hermétique du Genre. On s’apercevra que le Genre opère et se manifeste constamment dans le champ de la matière inorganique et dans le champ de l’énergie et de la force. L’Électricité est généralement considérée aujourd’hui comme le « quelque chose » dans lequel toutes les autres formes d’énergie semblent se fondre et se dissoudre. La « Théorie Électrique de l’Univers » est la doctrine scientifique la plus moderne ; elle devient de plus en plus populaire et ceux qui l’acceptent deviennent de plus en plus nombreux. Il résulte de ce que nous avons dit que, si nous sommes capables de découvrir dans les phénomènes électriques, même à la source de leurs manifestations, l’évidence claire et nette de la présence du Genre et de son activité, nous avons raison de vous demander de croire que la science finira par découvrir les preuves de l’existence, dans tous les phénomènes universels, de ce grand Principe hermétique, le Principe du Genre.

Il n’est pas utile de vous importuner avec les phénomènes si connu de « l’attraction et de la répulsion » des atomes, de l’affinité chimique, des « amours et des haines » des particules atomiques, de l’attraction et de la cohésion entre les molécules de matière. Ces faits sont trop connus pour nécessiter de notre part des commentaires étendus. Mais vous êtes-vous jamais douté que tous ces faits étaient des manifestations du Principe du Genre ? Avez-vous jamais pensé que ces phénomènes étaient symétriques aux phénomènes des électrons et des corpuscules ? Vous avez sans doute souvent constaté la modération de la Doctrine hermétique, cependant elle affirme que même la Loi de la Gravitation, cette étrange attraction par laquelle toutes les particules et tous les corps de matière tendent dans l’univers les uns vers les autres, est aussi une manifestation du Principe du Genre ; dans ce cas, il opère en attirant les énergies Masculines vers les énergies Féminines et vice-versa. Nous ne pouvons actuellement vous donner des preuves scientifiques de ce fait ; mais examinez les phénomènes dans la lumière que la Doctrine hermétique répand sur le sujet, et voyez si vous n’avez pas une hypothèse incomparablement meilleure que n’importe quelle autre, fournie par la science physique. Essayez pour tous les phénomènes matériels et vous verrez le Principe du Genre toujours en évidence.

Passons maintenant à l’étude de l’opération de ce Principe sur le Plan Mental. De nombreux faits intéressants attendent d’être étudiés.