CHAPITRE VIII – Les Plans de Correspondance

« Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut. »

LE KYBALION.

Le deuxième Grand Principe Hermétique implique cette vérité qu’il existe une harmonie, un rapport, une correspondance entre les différents plans de Manifestation de la Vie et de l’Être. Cette affirmation est une vérité parce que tout ce que contient l’Univers émane de la même source ; les mêmes lois, les mêmes principes, les mêmes caractéristiques s’appliquent à chaque unité ou à toute combinaison d’unités d’activité et chacune d’elle manifeste ses propres, phénomènes sur son propre plan.

Pour la commodité de la pensée et de l’étude, la Philosophie hermétique considère que l’Univers peut être divisé en trois grandes classes de phénomènes connues comme les Trois Grands Plans ; ils s’appellent :

  1. Le Grand Plan Physique.
  2. Le Grand Plan Mental.
  3. Le Grand Plan Spirituel.

Ces divisions sont plus ou moins artificielles on arbitraires car la vérité est que chacune de ces trois divisions n’est qu’un degré supérieur de la grande échelle de la Vie, le degré le plus bas étant évidemment la Matière et le plus haut, l’Esprit. D’ailleurs, les différents Plans se fondent les uns dans les autres, si bien qu’il n’est pas possible d’établir de division bien nette entre les phénomènes supérieurs du Plan Physique et les phénomènes inférieurs du Plan Mental, ou entre les phénomènes supérieurs du Plan ‘Mental et les phénomènes inférieurs du Plan Spirituel.

En un mot, les Trois Grands Plans peuvent être considérés comme trois grands groupes de degrés dans les Manifestations de la Vie. Bien que le but de ce petit ouvrage ne nous permette pas d’entrer dans une discussion détaillée et dans une explication étendue de ces différents plans, il nous paraît utile cependant d’en donner ici une description générale.

Nous pouvons d’abord étudier la question si souvent posée par le néophyte qui désire être renseigné sur la signification du mot « Plan », terme dont on s’est servi à satiété, mais que l’on a bien pauvrement expliqué dans les nombreux ouvrages modernes sur l’Occultisme. La question est généralement posée comme ceci : « Un Plan est-il un endroit ayant des dimensions, ou est-ce simplement une condition ou un état ? » Nous répondons : « Non, ce n’est pas un endroit mesurable ni une dimension ordinaire de l’espace ; c’est même plus qu’un état ou une condition. Un Plan Peut être considéré comme un état ou une condition susceptibles d’être mesurés ». C’est paradoxal, direz-vous ? Examinons la question en détail. Une « dimension », vous le savez, est « une mesure en ligne droite, une chose se rapportant à une mesure », etc. Les dimensions ordinaires de l’espace sont la longueur, la largeur et la hauteur ou mieux la longueur, la largeur, la hauteur, l’épaisseur et la circonférence. Mais il existe une autre dimension des « choses créées », une autre « mesure en ligne droite » connue des occultistes et aussi des savants bien que ceux-ci ne lui appliquent pas encore le mot « dimension » ; cette nouvelle mesure n’est autre chose que la « Quatrième dimension », si connue et si exploitée et qui sert à déterminer les différents degrés ou « plans ».

Cette Quatrième Dimension peut être appelée « la Dimension de la Vibration ». C’est un fait bien connu de la science moderne aussi bien que des hermétistes, qui ont incorporé dans le « Troisième Principe Hermétique », la vérité que « tout est en mouvement ; tout vibre ; rien ne se repose ». Depuis les manifestations les plus élevées jusqu’aux manifestations les plus basses, tout Vibre. Non seulement tout vibre à des vitesses différentes, mais tout vibre dans des directions et des manières différentes. Les degrés du « taux » de vibration constituent les degrés des mesures sur l’Echelle des Vibrations ; en d’autres termes, ils constituent les degrés de la Quatrième Dimension. Ces degrés constituent ce que les occultistes appellent les « Plans ». Plus le taux de la vibration est élevé, plus est élevé le Plan, et plus est élevée la manifestation de Vie qui occupe ce Plan. Ainsi, bien qu’un Plan ne soit ni un « endroit », ni un « état », ni une « condition », il possède cependant des qualités communes. Nous insisterons plus longuement sur l’échelle des Vibrations dans nos prochaines leçons, dans lesquelles nous étudierons le Principe hermétique des Vibrations.

Vous voudrez bien vous souvenir cependant, que les Trois Grands Plans ne sont pas des divisions réelles des phénomènes de l’Univers, mais de simples expressions arbitraires dont se servent les Hermétistes pour faciliter la pensée et l’étude des divers degrés et des différentes formes d’activité et de vie universelle. L’atome de matière, l’unité de force, l’esprit de l’homme et l’état d’archange ne sont que les échelons différents de la même échelle ; ils sont tous d’origine semblable, la seule différence qu’il y ait étant une différence de degré et de taux de vibration ; toutes ces choses sont des créations Du Tout et existent dans l’Esprit Infini Du Tout.

Les hermétistes subdivisent chacun des Trois Grands Plans en Sept Plans Inférieurs ; chacun de ces derniers est aussi subdivisé en sept sous-plans ; toutes ces divisions sont, naturellement, plus ou moins arbitraires, car elles se confondent plus ou moins les unes dans les autres ; elles ne sont adoptées que pour faciliter la pensée et l’étude scientifique.

Le Grand Plan Physique et ses Sept Plans Inférieurs est cette partie des phénomènes de l’Univers qui contient tout ce qui se rapporte aux choses, aux forces et aux manifestations physiques et matérielles. Il comprend toutes les formes de ce que nous appelons Matière et toutes les formes de ce que nous appelons Énergie ou Force. Vous ne devez pas oublier que la Philosophie hermétique ne reconnaît pas la Matière comme une « chose en elle-même », ou comme possédant une existence séparée, même dans l’Esprit Du Tout. La Doctrine enseigne que la Matière n’est qu’une forme d’Énergie, c’est-à-dire, de l’Énergie possédant un taux inférieur de vibrations d’une certaine sorte. Par suite, les hermétistes classent la Matière sous le titre d’Énergie et lui donnent trois des Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Physique.

Ces Sept Plans Physiques Inférieurs sont les suivants :

  1. Le Plan de la Matière (A)
  2. Le Plan de la Matière (B)
  3. Le Plan de la Matière (C)
  4. Le Plan de la Substance Éthérée.
  5. Le Plan de l’Énergie (A)
  6. Le Plan de l’Énergie (B)
  7. Le Plan de l’Énergie (C)

Le Plan de la Matière (A) comprend les formes de Matières solides, liquides et gazeuses telles qu’on les reconnaît généralement dans les ouvrages classiques de Physique. Le Plan de la Matière (B) comprend certaines formes de Matière plus élevées et plus subtiles que la science moderne vient seulement de reconnaître ; ce sont les phénomènes de la Radio-activité de la Matière, dans sa phase du Radium, etc., appartenant à la subdivision la plus basse de ce Plan Inférieur. Le Plan de la Matière (C) comprend les formes de la Matière la plus subtile et la plus ténue, dont les savants ordinaires ne soupçonnent pas encore l’existence. Le Plan de la Substance éthérée comprend ce que la science appelle « Éther », substance d’une ténuité et d’une élasticité extrêmes, occupant tout l’Espace Universel et agissant comme milieu intermédiaire pour la transmission des vagues d’énergie, telles que la lumière, la chaleur, l’électricité, etc. Cette substance éthérée a un rapport étroit, établit une communication intime entre la Matière et l’Énergie, et elle partage la nature de chacune. La Doctrine hermétique nous enseigne que ce plan possède sept subdivisions, comme, d’ailleurs, tous les Plans Inférieurs, et que, en fait, il existe sept éthers au lieu d’un seul.

Immédiatement après le Plan de la Substance éthérée, vient le Plan de l’Énergie (A), qui comprend les formes ordinaires de l’Énergie connues de la science ; ses sept sous-plans sont les suivants : la Chaleur, la Lumière, le Magnétisme, l’Électricité, et l’Attraction comprenant la Gravitation, la Cohésion, l’Affinité Chimique, et plusieurs autres formes d’énergie indiquées par les expériences scientifiques mais qui ne sont pas encore classées et auxquelles on n’a pas encore donne de nom. Le Plan de l’Énergie (B) comprend sept sous-plans de formes supérieures d’énergies que la science n’a pas encore découvertes, mais auxquelles on a donné le nom de « Forces Naturelles Délicates » et qui sont appelées à se manifester dans certaines formes de phénomènes mentaux et grâce auxquelles ces phénomènes deviennent possibles. Le Plan de l’Énergie (C) comprend sept sous-plans d’énergie si puissamment organisée qu’elle porte en elle beaucoup de caractères de la « vie », mais qui n’est pas reconnue des hommes qui se trouvent sur le plan ordinaire du développement et qui peut avoir seulement un intérêt sur le Plan Spirituel ; une telle énergie est indispensable pour l’homme ordinaire et peut être considérée presque comme le « pouvoir divin ». Les êtres qui l’emploient sont comme des « dieux » même comparés aux types humains supérieurs que nous connaissons.

Le Grand Plan Mental comprend ces formes de « choses vivantes » que nous rencontrons à chaque pas dans la vie ordinaire en même temps qu’un certain nombre d’autres formes moins bien connues sauf des occultistes.

La classification des Sept Plans Mentaux Inférieurs est plus ou moins satisfaisante et arbitraire, à moins d’être accompagnée d’explications détaillées qui ne pourraient trouver leur place dans ce petit ouvrage. Nous allons cependant les mentionner. Ce sont les suivants :

  1. Le Plan de l’Esprit Minéral.
  2. Le Plan de l’Esprit Élémentaire (A)
  3. Le Plan de l’Esprit Végétal.
  4. Le Plan de l’Esprit Élémentaire (B)
  5. Le Plan de l’Esprit Animal.
  6. Le Plan de l’Esprit Élémentaire (C)
  7. Le Plan de l’Esprit Humain.

Le Plan de l’Esprit Minéral, comprend les « Etats ou conditions » des unités ou entités, et de leurs groupements ou combinaisons, qui animent les formes connues de nous sous le nom de « minéraux, produits chimiques », etc. Ces entités ne doivent pas être confondues avec les molécules, les atomes et les corpuscules eux-mêmes, ceux-ci étant simplement le corps matériel, la forme de ces entités, de même que le corps humain n’est que sa forme matérielle et non pas l’homme « lui-même ». On peut appeler ces entités des « âmes » ; ce sont des êtres vivants possédant un degré inférieur de développement, de vie et d’esprit, mais un peu plus grand cependant que celui des unités de l’ « énergie vivante » qui comprend des subdivisions plus hautes du Plan Physique supérieur. Les esprits ordinaires n’attribuent généralement pas un esprit, une âme ou de la vie au royaume Minéral ; tous les occultistes au contraire reconnaissent cette existence. La science moderne évolue rapidement et n’est pas loin d’accepter le point de vue des hermétistes à ce sujet. Les molécules, les atomes, les corpuscules ont leurs « amours et leurs haines », « leurs goûts et leurs dégoûts », « leurs attractions et leurs répulsions », « leurs affinités et leurs non-affinités », quelques-uns des esprits scientifiques modernes les plus audacieux ont exprimé l’opinion que le désir et la volonté, les émotions et les sentiments des atomes n’ont avec ceux des hommes qu’une différence de degré. Nous n’avons ni le temps ni l’espace pour soutenir ici cette thèse. Tous les occultistes savent que c’est un fait, et d’autres se sont reportés pour en avoir confirmation aux ouvrages scientifiques les plus récents. Ce plan contient également les sept subdivisions usuelles.

Le Plan de l’Esprit Élémentaire (A) comprend l’état, la condition et le degré de développement mental et vital d’une certaine classe d’entités inconnue de l’homme ordinaire mais reconnue des occultistes. Ces entités sont invisibles aux sens ordinaires de l’homme ; elles existent néanmoins et jouent leur rôle dans le Drame de l’Univers. Leur degré d’intelligence est situé d’une part entre celui des entités minérales et chimiques, et celui des entités du royaume végétal d’autre part. Il y a aussi sept subdivisions à ce plan.

Le Plan de l’Esprit Végétal, dans ses sept subdivisions, comprend les états et les conditions des entités faisant partie des royaumes du Monde Végétal dont les phénomènes vitaux et mentaux sont compris parfaitement des individus d’intelligence ordinaire, de nombreux ouvrages nouveaux et intéressants  concernant « l’Esprit et la Vie chez les Plantes » ayant été publiés pendant ces dix dernières années. Les plantes ont de la vie, un esprit et une « âme » aussi bien que les animaux, l’homme et le surhomme.

Le Plan de l’Esprit Élémentaire (B), dans ses sept subdivisions, comprend les états et les conditions d’une sorte supérieure d’entités « élémentaires » ou invisibles, jouant leur rôle dans le travail général de l’Univers ; leur esprit et leur vie constituent une partie de l’échelle située entre le Plan de l’Esprit Végétal et le Plan de l’Esprit Animal, les entités faisant à la fois partie de la nature de ces deux derniers.

Le Plan de l’Esprit Animal dans ses sept subdivisions comprend les états et les conditions des entités, des êtres et des âmes habitant les formes animales de la vie qui nous sont familières à tous. Il n’est pas nécessaire d’entrer dans beaucoup de détails au sujet de ce royaume, de ce plan de vie car le monde animal nous est aussi familier que le nôtre.

Le Plan de l’Esprit Élémentaire (C) dans ses sept subdivisions, comprend ces entités et ces êtres, invisibles comme le sont toutes ces formes élémentaires, qui font partie et dans certaines combinaisons à un certain degré à la fois de la nature de la vie animale et de la nature de la vie humaine. Au point de vue intelligence, les formes supérieures sont à moitié humaines.

Le Plan de l’Esprit Humain, dans ses sept subdivisions, comprend ces manifestations de vie et de mentalité qui sont communes à l’homme à des degrés différents. Sous ce rapport, nous voulons mettre en lumière ce fait que l’homme ordinaire d’aujourd’hui n’occupe que la quatrième subdivision du Plan de l’Esprit Humain ; seuls les plus intelligents ont franchi la lisière de la Cinquième subdivision. Il a fallu à notre race des millions d’années pour atteindre cet état et il faudra an nombre d’années bien plus considérable encore pour qu’elle atteigne la sixième et la septième subdivisions, et pour s’élever au-dessus de cette dernière. Souvenez-vous qu’il y a eu d’autres races avant nous qui ont franchi ces degrés et qui ont atteint ensuite des plans supérieurs. Notre propre race est la cinquième qui a pris pied sur la Voie ; les retardataires de la quatrième race se sont joints à la nôtre. Il existe quelques esprits avancés de notre propre race qui se sont élevés au-dessus des masses et qui ont atteint la sixième et la septième subdivision ; quelques-uns même les ont dépassées. L’homme de la sixième subdivision sera « Le Sur-Homme » ; celui de la Septième sera le « Super-Homme ».

Dans notre étude des Sept Plans Mentaux Inférieurs nous avons simplement fait allusion aux Trois Plans Élémentaires d’une manière générale. Nous ne voulons pas entrer dans ce petit ouvrage dans des détails approfondis sur ce sujet, car il n’appartient pas à cette partie de la philosophie générale et des enseignements qui nous intéressent. Mais, dans le but de vous donner une idée plus claire des rapports de ces plans avec ceux qui vous sont plus familiers, nous pouvons vous dire que les Plans Élémentaires ont avec les Plans de la. Mentalité et de la Vie Minérale, Végétale, Animale et Humaine, les mêmes rapports qu’ont les touches noires du piano avec les touches blanches. Les touches blanches sont suffisantes pour produire de la musique, mais il y a certaines gammes, certaines mélodies et certaines harmonies dans lesquelles les touches noires jouent leur rôle et dont leur présence est nécessaire. Les Plans Élémentaires sont également nécessaires car ils servent à relier les conditions de l’âme et les états mentaux d’un plan avec ceux des autres plans ; il en résulte certaines formes nouvelles de développement ; ce fait donne au lecteur qui est capable de « lire entre les lignes » une nouvelle lumière sur le processus de I »Évolution et une nouvelle clef pour ouvrir la porte secrète des « sauts de la vie » qui se produisent entre les divers royaumes. Les grands royaumes Élémentaires sont pleinement reconnus par tous les occultistes et les ouvrages ésotériques sont remplis de citations à leur sujet.

Si nous passons du Grand Plan Mental au Grand Plan Spirituel, qu’aurons-nous à dire ? Comment pourrons-nous expliquer ces états supérieurs de L’Être, de la Vie et de l’Esprit à des individus jusqu’ici incapables de saisir et de comprendre les subdivisions supérieures du Plan de l’Esprit Humain ? La tâche est lourde. Nous ne pouvons parler qu’en termes très généraux. Comment pourrait-on dépeindre la Lumière à un aveugle de naissance, le sucre à un homme qui n’aurait jamais goûté quelque chose de doux ; l’harmonie à quelqu’un qui serait sourd de naissance ?

Tout ce que nous pouvons dire est que les Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Spirituel, chaque Plan Inférieur ayant ses sept subdivisions, comprennent des Êtres possédant de la Vie, de l’Esprit et des Formes aussi supérieures à celles de l’Homme d’aujourd’hui que l’Homme est supérieur au ver de terre, aux minéraux ou même à certaines formes d’Énergie et de Matière. La Vie de ces Êtres surpasse tellement la nôtre qu’il nous est impossible d’en soupçonner les détails ; leurs Esprits surpassent tellement les nôtres que, pour eux, nous paraissons à peine « penser » et notre processus mental leur paraît à peine un processus matériel ; la Matière dont leurs formes sont composées provient des Plans Physiques Supérieurs plus encore on affirme que quelques-uns sont « habillés de Pure Énergie ». Que peut-on dire de pareils êtres ?

Sur les Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Spirituel existent des Êtres dont nous pouvons parler comme nous parlerions d’Anges, d’Archanges et de demi-Dieux. Sur le plus bas des Plans Inférieurs habitent ces grandes âmes que  nous appelons les Maîtres et les Adeptes. Au-dessus d’eux, vient la Grande Hiérarchie des Anges, inaccessible à la pensée de l’Homme ; ensuite viennent ceux que, sans irrévérence, on peut appeler »Les Dieux » ; si haut qu’ils soient placés sur l’échelle de l’Être, leur intelligence et leur pouvoir se rapprochent beaucoup des facultés que les races humaines attribuent à leurs conceptions de la Divinité. Ces Individus sont supérieurs aux plus grands rêves de 1’imagination humaine ; seul, le mot « Divin » est susceptible de s’adresser à eux. Un grand nombre de ces Êtres, aussi bien que les Anges, prennent le plus grand intérêt et jouent un rôle important dans les affaires de l’Univers. Ces Divinités Invisibles et ces Auxiliaires Angéliques étendent librement et puissamment leur influence dans le processus de l’Évolution et dans le Progrès Cosmique. Leur intervention et leur assistance occasionnelle dans les affaires humaines ont conduit aux innombrables légendes, aux croyances, aux religions et aux traditions de la race, passée et présente. Ils ont super-imposé leur connaissance et leur pouvoir sur le monde, sans un instant d’arrêt, tout cela naturellement sous la domination de la Loi du Tout.

Et cependant, même les plus grands de ces Êtres avancés n’existent que comme des créations de l’Esprit Du Tout et vivent en lui, sujets au Processus Cosmique et aux Lois Universelles. Ils sont toujours Mortels. Nous pouvons les appeler des « dieux » si nous voulons, mais ils sont toujours les Frères Aînés de la Race, les esprits avancés qui ont devancé leurs compagnons et qui ont renoncé à l’extase de l’Absorption par Le Tout, dans le but d’aider leurs amis dans leur voyage sur La Voie. Mais ils appartiennent à l’Univers et ils sont sujets à ses conditions ; ils sont mortels et leur plan est situé immédiatement au-dessous de celui de l’Esprit Absolu.

Seuls les hermétistes les plus avancés sont capables de saisir les Enseignements secrets concernant l’état de l’existence et les pouvoirs qui se manifestent sur les, Plans Spirituels. Ces phénomènes sont tellement supérieurs à ceux des Plans Mentaux, que, si nous tentions de les décrire, il en résulterait fatalement une confusion dans les idées. Seuls, ceux dont l’esprit a été soigneusement entraîné à la Philosophie hermétique pendant de nombreuses années, ceux qui ont conservé en eux le savoir précédemment acquis dans d’autres incarnations, sont susceptibles de comprendre exactement la signification de la Doctrine concernant ces Plans Spirituels. Un grand nombre de ces Enseignements secrets sont considérés par les hermétistes comme trop sacrés, trop importants et même trop dangereux pour être répandus dans le grand publie. L’élève intelligent est capable de reconnaître ce que nous voulons dire quand nous affirmons que le mot « Esprit », tel que l’utilisent les hermétistes, signifie « Pouvoir Vivant », « Force Animée », « Essence Intime », « Essence de Vie », etc., signification que l’on ne doit pas confondre avec celle usuellement et communément employée de « religieux, ecclésiastique, spirituel, éthéré, saint », etc., etc. Les occultistes utilisent le mot « Esprit » dans le sens de « Principe Animant » ; ils y joignent l’idée de Pouvoir, d’Énergie Vivante, de Force Mystique, etc. Ils savent bien que ce qu’ils connaissent comme « Pouvoir Spirituel » peut être employé aussi bien dans un but honorable que dans un but mauvais, conformément au Principe de Polarité ; c’est un fait qui a été reconnu par la majorité des religions ; elles l’ont bien montré dans leurs conceptions de Satan, Belzébuth, le Diable, Lucifer, les Anges déchus, etc. C’est pourquoi les connaissances de ces Plans ont été conservées par le Saint des Saints, dans la Chambre Secrète du Temple, dans toutes les Confréries ésotériques et les Ordres occultes. Mais, nous pouvons le dire ici, ceux qui ont acquis un pouvoir spirituel puissant et qui l’ont employé pour le mal, ont un terrible destin en perspective ; l’oscillation du pendule du Rythme les ramènera inévitablement en arrière jusqu’au point extrême de l’existence Matérielle, d’où ils devront à nouveau revenir sur leurs pas vers l’Esprit, suivre les détours fatigants de La Voie, et endurer toujours la torture supplémentaire de se rappeler sans cesse les grandeurs qu’ils ont connues et que leur ont fait perdre leurs mauvaises actions. La légende des Anges Déchus a son origine dans les faits que nous venons d’expliquer, tous les occultistes avancés le savent. La lutte pour un pouvoir égoïste sur les Plans Spirituels a toujours comme conséquence inévitable une perte de l’équilibre spirituel et une chute qui abaisse l’esprit égoïste autant qu’il a été élevé. Cependant, même pour un esprit semblable, la possibilité d’un retour existe ; il est obligé de faire le voyage en sens inverse, subissant ainsi la punition terrible de l’invariable Loi.

Pour conclure nous voudrions encore vous rappeler que, suivant le Principe de Correspondance qui contient cette vérité : « Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut », chacun des Sept Principes Hermétiques est en pleine action sur tous les divers plans Physique, Mental et Spirituel. Le Principe de la Substance Mentale s’applique naturellement à tous les plans, car tous sont contenus dans l’Esprit Du Tout. Le Principe de Correspondance se manifeste également dans tous car il existe une correspondance, une harmonie et un rapport entre les divers plans. Le Principe de Vibration se manifeste sur tous les plans ; en fait les différences de Vibration comme nous l’avons expliqué. Le Principe de Polarité se manifeste sur chaque plan, les Pôles extrêmes étant en apparence opposés et contradictoires. Le Principe du Rythme se manifeste sur chaque Plan, le mouvement des phénomènes ayant son flux et son reflux, son maximum et son minimum, son arrivée et son retour. Le Principe de la Cause et de l’Effet se manifeste aussi sur chaque Plan, tout Effet ayant sa Cause et toute Cause ayant son Effet. Le Principe du Genre se manifeste encore sur chaque Plan, l’Énergie  Créative étant toujours manifeste et opérant sous ses aspects Masculin et Féminin.

« Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut ». Cet axiome hermétique, vieux de plusieurs millénaires, implique un des grands Principes des Phénomènes Universels. Dans la suite de notre étude sur les Principes que nous n’avons pas encore expliqués, nous verrons encore plus clairement la vérité de la nature universelle de ce grand Principe de Correspondance.